Accueil » Le GHH » Présentation du Groupe Hospitalier du Havre

Présentation du Groupe Hospitalier du Havre

Le Groupe Hospitalier du Havre est l’hôpital de référence du Territoire de l’Estuaire de la Seine avec une offre complète de soins

C’est un important établissement de santé, Hôpital support du Groupement Hospitalier de Territoire de l’Estuaire de la Seine.

Il est en direction commune avec le Centre Hospitalier de la Risle à Pont-Audemer et l’EHPAD de Beuzeville depuis janvier 2015.

Il coopère sur de nombreuses missions avec le Centre Hospitalier Universitaire de Rouen pour favoriser l’accès aux soins et la continuité de la prise en charge de la population.

Ses particularités :

  • Des services universitaires : la pneumologie et la pédopsychiatrie, suite à l’arrivée de professeurs d’université en partenariat avec le CHU de Rouen, la Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen et la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole. La chefferie de service de l’ophtalmologie et de l’anesthésie est assurée par des professeurs d’Université du CHU de Rouen.
  • Un Pavillon Femme Mère Enfant avec une maternité de niveau 3 (haut niveau de sécurité pour la mère et le bébé), un Centre d’Assistance Médicale à la Procréation et une unité de génétique médicale.
  • Un centre d’enseignement et de soins dentaires (LHD Dentaire) géré dans le cadre d’une convention avec l’université d’Odontologie de Lille. Depuis son ouverture en janvier 2012, 63 étudiants y ont été formés et ont terminé leur cursus de formation. 28 se sont installés au Havre.
  • Un Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) : sa vocation est de contribuer à la formation initiale et continue aux soins d’urgences de l’ensemble des professionnels de santé.
  • Une prise en charge des soins aux détenus et une coordination médico-légale.
  • Un partenariat avec l’hôpital de Phnom Penh (Cambodge) en matière d’Assistance Médicale à la Procréation.
  • Un partenariat avec la Ligue Havraise, le Samu Social (115) et une Permanence d’Accès aux Soins de Santé pour venir en aide aux plus démunis.

 

Le GHH est classé parmi les 50 meilleurs hôpitaux français pour la rhumatologie, la chirurgie du canal carpien, la diabétologie, la chirurgie du dos, l’épilepsie, la pédiatrie et la pneumologie.

Source : Le palmarès des hôpitaux et cliniques du journal « Le Point » – août 2019.

Le GHH dispose de plus de 1500 lits et places répartis sur différents sites

L’Hôpital Flaubert, site historique et siège social comprend : 

– Au sein des Pavillons FRANCE et NORMANDIE :

Un plateau de consultations de spécialités médicales et chirurgicales, un service d’Imagerie, le Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD), la Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS), le Centre de Lutte contre la Tuberculose (LAT) et Le Centre d’enseignement et de soins dentaires (LH dentaire).

– Des Unités d’alcoologie et de santé mentale,

– Le Centre d’Action Médico-Sociale Précoce,

– La Résidence de Soins Longue Durée  « Les Terrasses de Flaubert »,

– Les services de soins de suite gériatrique et de Médecine Physique et de Réadaptation

L’hôpital Jacques Monod comprend :

Les Unités de court séjour de Médecine et Chirurgie Adulte,

Le Pavillon Femme Mère Enfant intégrant les services de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique,

Les services d’urgences adultes et enfants,

La zone logistique.

 

L’hôpital Pierre Janet, hôpital psychiatrique comprend :

–  Un  service d’urgences psychiatriques (Unité d’Accueil et de Crise),

– Les unités d’hospitalisation ou de suivi pour enfants, adolescents et adultes.

Des Centres Médico-Psychologiques, des Centres d’Accueil Thérapeutiques à Temps Partiel et des Hôpitaux de jour, sont répartis dans les quartiers et sur le territoire- jusqu’à Fécamp et Bolbec-Lillebonne -. Ils accueillent en externe les adultes ou les enfants et leurs familles.

Une Maison de l’Adolescent complète ce dispositif d’accueil en psychiatrie et santé mentale.

 

 

L’Institut des Formations Paramédicales « Mary Thieullent »

Il prépare aux diplômes d’état d’infirmier, d’aide-soignant et d’auxiliaire de puériculture.

 

Les chiffres clés du GHH

Les chiffres clés du GHH

Près de 4 500 professionnels hospitaliers diplômés et spécialisés travaillent ensemble. Ils sont issus, des professions médicales, paramédicales, médico-techniques, administratives, logistiques et techniques ainsi que du secteur social.

L’activité annuelle représente environ :

  • 70 000 séjours en Médecine-Chirurgie-Obstétrique,
  • 230 000 consultations,
  • 91 000 passages aux urgences,
  • 3 000 accouchements,
  • 13 000 interventions chirurgicales.

Et chaque jour

  • 5 800 repas préparés,
  • 13,5 tonnes de linge traité.

 

Son Plateau Technique de pointe accessible jour et nuit comprend

  • Un laboratoire de biologie disposant de plusieurs pôles d’expertise et offrant un potentiel d’analyses très complet : Biochimie, hématologie, microbiologie, anatomie et cytologie pathologiques, pharmacotoxicologie, Hygiène hospitalière, auto-immunité et biologie de la reproduction.
  • Un panorama très large de techniques proposées en matière d’imagerie médicale :37 appareils d’échographie, 2 IRM et 1 IRM ostéoarticulaire, 3 scanners multi-coupes, 1 salle d’angiographie numérisée, 1 salle de coronarographie, 1 salle de radiologie interventionnelle, 8 installations de radiologie conventionnelle, en scintigraphie : 1 gamma-caméra et 1 TEP-SCANNER exploités dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire avec le Centre Henri Becquerel.
  • Un parc complet d’équipements dont : Une plateforme de blocs opératoires pluridisciplinaires composée de 14 salles d’intervention (adultes et enfants). Des services de réanimation et de soins intensifs : réanimation médicochirurgicale, réanimation néonatale, soins intensifs de néonatalogie, soins continus pédiatriques, services de soins intensifs de cardiologie, neurologie et gastro-entérologie.
  • Des unités d’explorations fonctionnelles pour toutes les spécialités médicales : fibroscopie, épreuve d’effort, électroencéphalogramme, audiométrie, holter, analyse du sommeil et écho-endoscopie.
  • Des équipements et unités de suppléance fonctionnelle : un centre lourd de dialyse, une activité d’implantation de pacemakers et une dialyse médicalisée.
  • Un plateau polyvalent de rééducation fonctionnelle.

L'historique du GHH

Du XVI ème au XX ème siècle 

Port fondé en 1517 par François 1er, Le Havre est alors une ville portuaire et négociante. On y construit le premier établissement : l’hôtel Dieu, qui fonctionne de 1556 à 1591. Celui-ci est suivi de la création d’un second hôpital en 1591 à proximité du bassin du roi. Il avait pour mission d’héberger les indigents et les contagieux. L’emplacement est revendu à l’arsenal en 1669.

Sous Louis XIV, par création royale d’un réseau d’une trentaine d’hôpitaux en France, l’Hôpital général de la Charité de Saint Jean Baptiste du Havre est édifié en 1669. Il correspond à l’emplacement de l’hôpital Flaubert. Il est constitué de la chapelle et de quelques autres bâtiments disposés en quadrilatère d’où le nom de cloître.

En 1700, environ 200 pauvres et malades sont accueillis à l’hôpital. Les hôpitaux sont dirigés par les religieux jusqu’en 1780.

L’hôpital Flaubert, vers 1880, compte 1000 lits pour une population de 75 000 habitants. C’est de cette période que subsiste la plupart des bâtiments actuels sauf la chapelle qui sera démolie vers 1980 et l’ancienne aumônerie vers 1960.

Au XIX siècle, deux acquisitions importantes sont réalisées :

– en 1879 le terrain situé 47 rue de Tourneville permet la construction d’un nouvel hôpital, l’hôpital Pasteur pavillonnaire, considéré comme une réussite et montré en exemple. Désaffecté et démoli après la seconde guerre mondiale, il est reconstruit en 1972 pour devenir le Centre Pierre Janet dédié à la santé mentale.

– Vers 1884 est rachetée une propriété située entre les deux établissements: «Flaubert» et «Pasteur» (ensuite nommé Pierre Janet). Y sera installée la maternité, aujourd’hui remplacée par la résidence pour personnes âgées Guillaume le Conquérant (depuis 1993) et n’appartenant plus au GHH depuis 2003.

 

Du XX ème siècle à nos jours 

Le Début du XX ème siècle est marqué successivement par la première guerre mondiale au cours de laquelle l’hôpital est sollicité pour le transport des nombreux blessés ; puis par la seconde guerre mondiale. L’hôpital Flaubert n’est pas épargné par les bombardements qui détruisent une grande partie de la ville du Havre. Les reconstructions provisoires du site Flaubert persisteront un grand nombre d’années.

 

L’Hôpital Flaubert

Flaubert reste l’hôpital principal jusqu’à la construction de l’hôpital Jacques Monod en 1987. Il demeure actuellement le site historique et le siège social du Groupe Hospitalier du Havre.

De nos jours, les prises en charge sur Flaubert sont : une unité de soins longue durée au sein de la résidence «  Les terrasses de Flaubert », la médecine physique et de réadaptation, les soins de suite et de réadaptation de gériatrie, des unités d’alcoologie et de santé mentale, le Centre d’Action Médico Sociale Précoce (CAMSP), Le service de psychopathologie périnatale « P’tit Hans » un service d’Imagerie, le Centre d’enseignement et de soins dentaires, des consultations de spécialités médicales et chirurgicales, le centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic et la Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS) ainsi que le Centre de Lutte contre la Tuberculose.

Quelques dates récentes d’ouverture :

Janvier 2012 : Ouverture du Centre d’enseignement et de soins dentaires « LH Dentaire en partenariat avec la Faculté d’Odontologie de Lille et la Communauté d’Agglomération.

Octobre 2013 : Ouverture de la Résidence de Soins Longue Durée « Les terrasses de Flaubert ».

Janvier 2019 : Reprise du CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic) par le Groupe Hospitalier du Havre ; ex mission du Département.

Avril 2019 : nouvelles offres de soins avec l’ouverture du pavillon FRANCE à l’entrée du site. Il comprend un service d’Imagerie – avec IRM ostéo-articulaire, scanner et salle de radiologie conventionnelle – , un plateau de consultations médicales et chirurgicales (Cardiologie, Neurologie, Néphrologie, Diabétologie, Gynécologie, Dermatologie, Rhumatologie, Génétique médicale, Diététique, Chirurgie, …), une centrale de prélèvements et d’analyses de laboratoire, le service de psychopathologie périnatale « P’tit Hans » et la consultation AVT (Attachement Vulnérabilité Trauma).

Décembre 2019 : ouverture du pavillon NORMANDIE, à l’entrée de site également, regroupant le service LH dentaire, la Permanence d’Accès aux Soins de Santé (PASS) et le Centre de Lutte Anti Tuberculeuse (CLAT) ainsi que le Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD) et la consultation d’infectiologie.

Novembre 2019 : Ouverture de consultations publiques d’Ophtalmologie au sein du pavillon FRANCE en partenariat avec la Faculté de Médecine de Rouen et la Communauté Urbaine.

Décembre 2019 : Participation à l’appel à projet « Réinventer le Havre ».  Au cœur du site Flaubert, d’ici à 2025, suite à des ventes de parcelles, s’intègreront un projet de résidence seniors « Les Terrasses d’Ingouville », une crèche inclusive, des activités de La Ligue Havraise, …

Le GHH amorce également sur ce site un projet de construction d’une nouvelle structure d’envergure qui accueillera plusieurs services de psychiatrie adulte et des unités du service universitaire de pédopsychiatrie déjà existants mais dispersés à l’intérieur et à l’extérieur du site. Elle sera située à l’emplacement des anciens bâtiments de Pédiatrie et de l’Administration. Son ouverture est prévue pour 2023.

 

L’Hôpital Jacques Monod

1987 : inauguration du nouvel hôpital Jacques Monod (construction Fontenoy) composé d’unités de court séjour de médecine  pour adultes. S’y ajoutent ensuite le plateau technique avec les blocs opératoires, un service d’Imagerie et une partie des laboratoires.

2000 : extension de l’hôpital Jacques Monod : c’est le « Projet MONOD 2000 » avec l’ouverture de Monod Sud. Il démarre avec le regroupement des laboratoires en 1998, suivi du transfert progressif des services de soins de Flaubert (sauf la pédiatrie et une partie de la Gynécologie – Obstétrique qui se maintiennent sur Flaubert jusqu’en 2009).

2009 : ouverture du Pavillon Femme Mère Enfant et Urgences : transfert des services de Gynécologie – Obstétrique, Pédiatrie et Urgences pédiatriques depuis Flaubert vers Jacques Monod.

Avril 2010 : transfert de services administratifs – la Direction Générale et certaines autres directions – en vue d’un regroupement sur le site de Jacques Monod. La Direction des Ressources humaines et la Direction des Ressources Matérielles et Logistiques suivront en mai et juin 2015.

Juin 2012 : Reprise de la gestion des parkings de l’hôpital J. Monod par le GHH.

Mars 2013 : Ouverture du Pavillon Desmarets pour le service de Médecine et Santé au travail et les organisations syndicales.

Janvier 2020 : Le Centre Henri Becquerel et le Groupe Hospitalier du Havre ouvrent en partenariat un service public complet de Médecine Nucléaire : TEP et SCINTIGRAPHIE.

 

L’Hôpital Pierre Janet et les autres structures de Psychiatrie et Santé mentale

En 1972, sur le terrain du 47 rue de Tourneville, de l’ancien hôpital Pasteur : le Centre Pierre Janet est édifié, hôpital psychiatrique pavillonnaire, avec sectorisation géographique des patients. Des transformations pavillonnaires se succèdent en psychiatrie adulte.

En 1995, rénovation du secteur de pédopsychiatrie et ouverture de la structure Raoul Dufy, en face du centre Pierre Janet, suivie de l’extension de l’hôpital de jour de Charcot en 1997 ; puis du Centre Médico Psychologique (CMP) « l’Odyssée » en 2005.

En 1999, ouverture de la Maison de l’Adolescent, transférée en 2007 au 47 rue d’Ingouville pour des locaux plus spacieux.

Inauguration au printemps 2009 des Maisons relais en psychiatrie (20 places), créées en partenariat avec l’association Côté Cours.

2011 : ouverture d’un CMP-CATTP (Centre d’Activité Thérapeutique à Temps Partiel) Lucien Bonnafé dans le quartier de l’Eure au Havre.

2012 : les structures psychiatriques de Fécamp et de Bolbec-Lillebonne (pédopsychiatrie) sont rattachées aux structures de santé mentale du GHH.

Mai 2013 : ouverture du pavillon FEROE pour l’hospitalisation des détenus sur l’hôpital Pierre Janet. Il fermera en juin 2018.

2015 : Ouverture d’une antenne de la Maison de l’adolescent sur Fécamp.

2016 : Regroupement des CMP, CATTP et hôpitaux de jour enfants et adultes de Fécamp dans de nouveaux locaux.

2016 : ouverture d’une antenne de la Maison de l’adolescent sur Notre-Dame-de-Gravenchon.

Fin juin 2019, l’Unité d’Accueil et de Crise (Urgences psychiatriques) a quitté son emplacement historique à l’entrée de l’hôpital Pierre Janet pour s’installer provisoirement dans un pavillon inoccupé, le temps de travaux de rénovation pour l’amélioration des conditions d’accueil des patients et de travail des professionnels. Elle ouvrira à nouveau à son emplacement en entrée de site début 2023.

 

Les établissements de gériatrie

Dans la partie supérieure du terrain de Pierre Janet seront édifiés successivement en 1963 l’hôpital Calmette, puis l’hôpital Pasteur en 1978. Ce dernier sera reconstruit en 1993. Ces deux structures sont dédiées aux personnes âgées.

En 1969, édification de la Maison de retraite de Sanvic, qui sera reconstruite en 1998 pour devenir « la Résidence du parc de Sanvic ».

En 1978, construction d’un établissement de soins de longue durée à Rouelles « la Résidence de Rouelles », devenu ensuite Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

Octobre 2013 : ouverture de la Résidence « Les terrasses de Flaubert », service de soins longue durée sur l’hôpital Flaubert.

Janvier 2016 : Les Etablissements d’Hébergement publics pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) du Havre sont transférés au Centre gériatrique Desaint-Jean. Les sites de Pasteur, Rouelles et Sanvic ne font plus partie du GHH…. comme le site de la résidence pour personnes âgées Guillaume le Conquérant, transféré au Centre gériatrique Desaint-Jean depuis 2003.

 

Les autres sites

En 1982, inauguration de l’actuel Institut de Formation en Soins Infirmiers Mary Thieullent, rebaptisé Institut des Formations Paramédicales Mary Thieullent en 2016.

En 2008, ouverture de la crèche Kinoko pour les enfants du personnel.

 

Travail en partenariat avec d’autres établissements de santé 

En 1998, le Centre Hospitalier du Havre change d’appellation et devient le Groupe Hospitalier du Havre.

En 2010 : création d’une Communauté Hospitalière de Territoire de l’Estuaire qui est composé des établissements suivants :

  • Groupe Hospitalier du Havre,
  • Centre Hospitalier Intercommunal du Pays des Hautes Falaises (Fécamp),
  • Centre Hospitalier Intercommunal Caux-Vallée de Seine (Lillebonne et Bolbec),
  • Centre Hospitalier de Saint-Romain-de-Colbosc,
  • Centre Hospitalier de la Risle (Pont-Audemer)

 

En janvier 2015, une Direction commune est mise en œuvre entre le Groupe Hospitalier du Havre et le Centre Hospitalier de la Risle à Pont-Audemer, lui-même en direction commune avec l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes âgées Dépendantes Les Franches Terres (Beuzeville).

En 2016 : création du Groupement Hospitalier de Territoire de l’Estuaire de la Seine avec les mêmes établissements :

  • Groupe Hospitalier du Havre,
  • Centre Hospitalier Intercommunal du Pays des Hautes Falaises (Fécamp),
  • Centre Hospitalier Intercommunal Caux-Vallée de Seine (Lillebonne et Bolbec),
  • Centre Hospitalier de Saint-Romain-de-Colbosc,
  • Centre Hospitalier de la Risle (Pont-Audemer),
  • Etablissement d’Hébergement pour Personnes âgées Dépendantes Les Franches Terres (Beuzeville)

 

Depuis 2016 : une démarche d’universitarisation des services du GHH est en cours, suite à la collaboration entre le CHU de Rouen, la Faculté de Médecine et Pharmacie de l’Université de Rouen, la Communauté Urbaine et le Groupe Hospitalier du Havre dans le cadre du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) « Axe Seine » pour la pneumologie, la pédopsychiatrie, l’ophtalmologie et l’anesthésie.

2018 : une convention de partenariat été signée avec l’association La Ligue Havraise pour l’aide aux personnes handicapées. Elle a pour objectif de favoriser l’accès aux soins hospitaliers des personnes en situation de handicap accueillies au sein des différentes structures de la Ligue Havraise.

Publication des 10 plus hautes rémunérations du GHH

En 2020, la somme des 10 rémunérations annuelles les plus hautes est de : 1 679 356 euros

Nombre de femmes : 1

Nombre d’hommes : 9

Aller au contenu principal