GHH : coopération avec la Chine

Inauguration d’un centre sino-français de Gérontologie à Shenyang et lancement d’un programme de formation.

En Chine, la prise en charge des personnes âgées est parfois un problème. La politique de l’enfant unique a rendu difficile le soutien à domicile par un couple de quatre parents vieillissants.
La construction d’une véritable filière de soins en gériatrie est en cours dans ce pays et incite les professionnels médicaux chinois à se former à l’étranger, là où les pratiques ont fait leurs preuves.

Au GHH, en novembre 2015, une convention de coopération a été signée sur ce thème avec l’hôpital universitaire n°2 de Dalian, ville jumelée avec Le Havre et avec l’hôpital Croix-Rouge de Shenyang, chef-lieu de la province de Liaoning dont dépend aussi Dalian.

Les échanges depuis plusieurs mois avec le Pôle de Gériatrie et la Direction générale du GHH ont permis de définir un cursus de formation pour des professionnels chinois.

Sa mise en œuvre a débuté le 28 novembre 2017 à Shenyang pour un groupe de 160 professionnels médicaux. Cette formation a intéressé bien au-delà de l’hôpital de Shenyang et des professionnels de Dalian, plusieurs villes du nord-est de la Chine et de Pékin sont venus s’y inscrire et y participer.

Ce partenariat s’est concrétisé également par l’inauguration le 27 novembre dernier – en présence de la Direction du GHH, du Chef de pôle de Gériatrie du GHH, de la Ville du Havre et de l’Université du Havre – d’un centre sino-français de gérontologie au sein de l’hôpital Croix-Rouge de Shenyang.

C’est la seule structure de ce type à ce jour en Chine. C’est un centre de ressources dédié aux formations et à l’encouragement des initiatives des établissements gérontologiques de Chine en lien avec le Groupe Hospitalier du Havre.

Ces échanges sont entièrement financés par nos partenaires chinois.

Inauguration du centre sino-français de gérontologie à Shenyang en présence de la Direction du GHH, du Chef de pôle de Gériatrie du GHH, des représentants de la Ville du Havre et de l’Université du Havre.

Les commentaires sont clôturés.