Des animaux au chevet des patients en Soins Palliatifs

Biscotte, Nuage, Macaron, Caroline, se rendent régulièrement dans le service de soins palliatifs de l’hôpital Jacques Monod. Ils ne sont pas habillés de blanc, mais participent à leur manière au bien-être des patients. Ces soignants à part entière sont des « animaux médiateurs ». Chien, chat, lapin, cochon d’Inde et même tortue terrestre, permettent aux patients de profiter d’une véritable parenthèse de vie, dans un quotidien parfois difficile.

Cette action en place depuis Janvier 2019 a été initiée par Stéphanie Colombel, Aide-Soignante du service de Soins Palliatifs et soutenue par le Docteur Catherine Dewulf – Chef de service, Christine Gojon – Cadre de santé, ainsi que l’ensemble de l’équipe.

Cette approche novatrice, originale et humaniste, s’inscrit dans la mouvance d’un accompagnement thérapeutique alternatif autre que les soins traditionnels, propre à l’Unité de Soins Palliatif (USP) du GHH.

Les animaux viennent de l’association « Capucine & Mirabelle », représentée par Astrid Riffelmacher, habituée à intervenir auprès des personnes fragilisées, en EHPAD notamment. L’action est financée par l’Association COLIBRI, association de soins palliatifs depuis 2014 au sein de la médecine palliative au GHH. Astrid se rend dans le service deux fois par mois et propose aux patients d’y rencontrer les animaux directement dans leur chambre pendant une vingtaine de minutes, ou en groupe dans une salle aménagée. Il n’y a aucune obligation et ces rencontres se font toujours en lien avec l’équipe soignante, qui assiste Astrid.

L’arrivée des animaux dans le service se fait selon un protocole strict, notamment en termes d’hygiène, validé par le CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales). Les animaux sélectionnés sont réputés pour leur douceur et leur stabilité. Ils sont éduqués dès leur plus jeune âge pour être le plus sociable possible.

Biscotte, le Golden Retriever est issu d’une lignée de chiens de l’association Handi’chiens. Comme tous les autres animaux, il a le droit à un shampoing antiparasitaire et à un brossage attentionné avant son arrivée sur place. Chaque patient et accompagnateur doivent se désinfecter les mains après avoir touché un animal. Une alaise ainsi qu’un plaid de protection sont disposés auprès des patients pour manipuler les petits animaux.

Les bénéfices pour les patients sont nombreux et parfois surprenants :

L’animal médiateur offre une véritable pause au patient dans la maladie, c’est une parenthèse positive et un moment fort. La présence animale est fédératrice et rassemble. En ce sens, la spontanéité des comportements animaliers peut parfois libérer la parole des patients, d’ordinaire peu propice à l’échange. L’isolement et la solitude sont ainsi rompus. Une psychologue accompagne quelques fois les rencontres, pour profiter de cet espace de parole plus décontracté et affranchi.

Caresses, jeux et manipulations des animaux ancrent les patients dans une réalité positive ; ils renouent parfois avec leurs propres souvenirs agréables : cela leur rappelle par exemple leur propre animal de compagnie. Certains animaux tels que la tortue terrestre de par son aspect reptilien ou sa texture, permet une stimulation visuelle et sensorielle de certains patients.

Enfin, l’animal porte toujours un regard simple, rassurant et sans jugement sur autrui, considérant les patients comme des personnes à part entière, et non comme des « malades ».

Ces interventions sont chaque fois une véritable réussite et les patients se réjouissent de la prochaine venue de Biscotte et de ses compères animaux médiateurs.

En savoir + sur l’unité de soins palliatifs ici : http://www.ch-havre.fr/nos-offres-de-soins/adulte/soins-palliatifs/unite-soins-palliatifs/

 

Les commentaires sont clôturés.